MATÉRIEL UTILISÉ ET CONSEILS POUR L’ITINÉRANCE


Nous ne sommes pas des professionnels du kayaks de mer, nous étions même parfaitement débutants au moment de nous lancer dans ce voyage de 9 mois le long des côtes méditerranéennes. Cela dit nous avons quand même acquis sur plus de 4000 km une certaine expérience que nous voulons partager, car pour nous une des difficultés de départ était le manque d'informations pratiques sur le sujet. A quoi faut-il s'attendre vraiment, au quotidien, en s'engageant dans une telle aventure en mer ? Aujourd'hui il y a bien des choses que nous ferions autrement, des choses que nous emporterions, ou pas ! 

 

Pour commencer : 3 aventuriers à la morphologie et aux attentes différentes = 3 kayaks différents. Les voici présentés avec leurs points forts et leurs points faibles.

Thomas a voyagé sur ''Issanka'' : un Laser 5,15 Expé Rainbow (fabricant italien)
Thomas a voyagé sur ''Issanka'' : un Laser 5,15 Expé Rainbow (fabricant italien)

֎ Ce kayak est une valeur sûre qui a été utilisée dans plusieurs expéditions. Spacieux, il est parfaitement adapté à la grande randonnée.

֎ Bon compromis de performance, de stabilité, de manœuvrabilité et de capacité de chargement.

֎ Très bon rapport qualité-prix dans sa catégorie. Comptez que le gouvernail en option augmente le prix du kayak de 150 €

֎ Fabrication fiable : aucun soucis d'étanchéité ni d'aucune sorte sur 9 mois d'utilisation quotidienne.

֎ Pour la finition on est pas dans le haut de gamme, bien qu'elle soit tout à fait satisfaisante.

֎ Les petits gabarits le trouveront peut-être un peu lourd et moins réactif que d'autres modèles plus ''sportifs''. 

֎ Pour ceux qui ont choisi de l'équiper d'un gouvernail : il faut en prendre soin car vous ne serez pas le premier à devoir le bricoler en route !


Nil est parti sur le ''Central Otago'' : un Baffin P1 de la marque canadienne Boréal Design.
Nil a voyagé sur le ''Central Otago'' : un Baffin P1 de la marque canadienne Boréal Design.

֎ Kayak performant, facile à propulser et rapide. Prévu pour des kayakistes de niveau intermédiaire à expert. Contrairement à se que laisse penser son design et les premiers ressentis en mer, le Baffin est plutôt stable même en conditions dangereuses.

֎ Il s'adapte bien aux différents états de la mer : très manœuvrable ou très directeur selon la position de la dérive, peu de prise au vent. Navigation amusante, on peut facilement surfer, se faufiler entre les rochers, faire demi-tour dans une grotte, etc.

֎ Finitions soignées et détails bien pensés, ce qui le rend plus confortable, agréable et pratique au quotidien. Les couvercles et les compartiments restent bien étanches dans la durée.

֎ Volume de chargement un peu juste pour un grand voyage. Prévoir un ou deux petits tonneaux étanches sur le pont, et possibilité de mettre un bouteille de 5L d'eau au fond de l'hiloire.

֎ Lorsqu'on tire le kayak sur une plage des petits cailloux peuvent s'introduire dans le compartiment de la dérive, qui a tendance à rester coincée une fois mis à l'eau. A plusieurs, un coéquipier peut la décoincer facilement, autrement il faut accoster... pas très pratique car si la dérive n'est pas toujours indispensable, quand elle l'est, elle l'est vraiment !

֎ Kayak assez coûteux (comptez 1400 €) et peu voir pas de points de distribution  en France.


Sonia a voyagé sur le ''Manuka'', un Tiwok version Hi-luxe de la marque DAG
Sonia a voyagé sur le ''Manuka'', un Tiwok version Hi-luxe de la marque DAG

֎ Kayak très stable, rassurant en mer formée, surtout quand on est pas expérimenté.

֎ Même si on est loin du kayak idéal pour un grand périple, il peut faire l'affaire : il peut être bien chargé pour sa taille, il se manœuvre bien (nous conseillons quand même le gouvernail sur ce modèle, surtout pour les jours de vent de coté car il est assez haut sur l'eau) et il avance correctement.

֎ Kayak léger, on apprécie quand on doit le porter en ville pour prendre un ferry ou quand on doit le sortir et le remettre à l'eau tous les jours.

֎ Prix attractif : on le trouve aux alentours de 900€ équipé du gouvernail.

֎ Contrepartie de sa stabilité et de sa faible longueur, il n'est pas particulièrement rapide.

֎ Le polypropylène de la coque est robuste mais la qualité de fabrication des autres éléments du kayak n'est pas au top : couvercles un peu durs à mettre, cloisons étanches qui se décollent pendant le voyage, l'axe du gouvernail qui casse sans choc particulier. 

֎ L'hiloire est confortable et spacieux pour les jambes mais à la longue l'ergonomie du siège n'est pas idéale pour le dos : selon nous la position n'incite pas suffisamment à travailler avec les abdos, ce qui sollicite un peu trop les lombaires (sur des sorties à la journée cela doit passer inaperçu ).



En navigation et plus encore à l'arrêt sur une plage les kayaks sont très exposés au soleil. Solution bon marché pour maintenir une température raisonnable dans les compartiments et conserver les stocks de nourriture plusieurs jours : nous avons acheté de simples pare-soleil pour voiture, à accrocher au moins sur les couvercles généralement noirs qui attirent le plus la chaleur...