Nous sommes trois amis voyageurs. Après avoir abondamment sillonné l'Europe, à pied, à bicyclette, en auto-stop et en train, nous avons cette fois-ci exploré sa façade maritime. De Sète à Mersin, au sud-est de la Turquie, nous avons parcouru à la rame des milliers de kilomètres de côte méditerranéenne. Le kayak apporte à l'art de voyager une grande liberté et un rythme propice aux rencontres, à l'introspection et aux changements de perception du monde. Plus qu'un défit sportif, l'Odyssette est un projet de partage : par différents moyens et supports ce voyage est une belle opportunité de faire découvrir la richesse de l'Europe maritime et insulaire, de susciter une curiosité pour nos voisins européens, d'attiser l'envie de parcourir le monde et de vivre ses rêves - voir rubrique Presse et Evènements -




Choix du matériel, astuces du quotidien, les risques, navigation dans les pays voisins... pas facile d'obtenir tout ce qu'il faut savoir avant de se lancer en mer.  Nous partageons ici notre petite expérience mais n'hésitez pas à nous contacter car tous les avis sont bons à prendre !


L'Odyssette n'est pas seule. On trouve éparpillés sur les mers des individus de cette espèce particulière qu'est l'homo kayakis maritimus. Nous  avons croisé la route de certains d'entre eux. 



'' Le plus fascinant ? Une mer d’huile au couché du soleil, le ciel et la mer se confondent dans des ondulations rosées et bleutées, les muscles endoloris s’apaisent avec cette vision. On distingue au loin une île minuscule vers laquelle nous ramons depuis 15h, c’est Palagruza. A la vision magique s’ajoute l’excitation d’avoir réussi la grande traversée de l’Adriatique, une énergie nouvelle me porte jusqu’à la nuit noire''

Thomas Puech-Maurel

'' La Liberté. Parcourir la géographie sans autres contraintes que celles imposées par la nature. Ne dépendre que de notre force et de nos décisions. Comment deux petits bras peuvent mener si loin ? C'est une chose qui m'étonne encore et que je trouve merveilleuse '' 

Nil Roux

'' Cette aventure a été humainement très forte. La mer est un monde dur, hostile à l'Homme et nous ne sommes pas bien adapté pour y survivre. Au milieu de tout ce chaos il y a l'entraide, ce n'est pas une légende de marin. Les gens de la mer sont solidaires, toutes ces rencontres bienveillantes et chaleureuses m'ont confirmé qu'il y a en fait beaucoup de gentillesse au fond de l'humanité et j'en ai retiré une certaine paix '' 

Sonia Verducci